Avec la fin des restrictions, une 4ème dose pour tous ?

Nouvelles règles pour le pass vaccinal, allégement des restrictions… Dans ce contexte d’assouplissement généralisé des mesures contre le Covid, les autorités sanitaires s’interrogent tout de même sur la nécessité d’une nouvelle injection pour les personnes ayant reçu leur rappel il y a plus de quatre mois. Alors, quatrième dose ou pas ? Opera News fait le point.

Gouvernement favorable contre l’avis du COSV

Le 2 février dernier, sur le plateau de BFMTV, le ministre de la santé Olivier Véran a jugé « possible » le recours à une nouvelle injection de rappel à l’automne. Cette quatrième dose pourrait être administrée à l’occasion du rappel annuel du vaccin contre la grippe d’après les quelques indications données par le ministre. 

Ainsi, l’exécutif ne suivrait pas l’avis du Conseil d’orientation de la stratégie vaccinale (COSV) qui avait publié un avis défavorable à la généralisation d’une quatrième dose de vaccin, le 19 janvier dernier.

Un appel à la temporisation pour la 4ème dose

« Nous n’irons pas vers une quatrième dose généralisée » a assuré de son côté Jean-François Delfraissy au Parisien le 16 février. Le président du Conseil scientifique a jugé qu’une nouvelle campagne de vaccination en octobre sera probable, mais « pour les plus fragiles vaccinés depuis six mois ».

En effet, à part pour les personnes « sévèrement immunodéprimées », le conseil écarte ce second rappel pour « les personnes âgées et souffrant de comorbidités », qui ont reçu le rappel dès septembre ou octobre dernier. Dès lors, pas de feu vert à ce stade pour ce que l’on appelle également « une seconde dose de rappel » pour l’ensemble de la population.

4 mois maximum pour la dose de rappel

Pour rappel, l’actuel dose de rappel doit être faite pour les personnes de plus de 18 ans, « dès 3 mois après la fin de son schéma vaccinal initial et dans un délai de 4 mois maximum » depuis mardi dernier.

Cela signifie que si l’on a reçu une deuxième dose à la fin du mois d’octobre, on doit réaliser la troisième dose, entre la fin février et fin mars, pour conserver son pass vaccinal. « Autrement dit, la personne aura 1 mois pour réaliser son rappel », indiquent les autorités.

La règle du « une infection = une injection »

D’autre part, le ministère de la santé applique désormais la règle du « une infection = une injection ». En d’autres termes, si l’on a contracté le Covid-19 après ses deux doses de vaccin, il n’est pas nécessaire de faire de dose de rappel. « Votre certificat de rétablissement vous permettra d’avoir un pass vaccinal valide ».

Cette dose de rappel ne sera plus obligatoire pour valider un pass vaccinal en France, mais vigilance toutefois. Si l’on souhaite voyager à l’étranger, la dose de rappel doit être faite pour avoir un certificat de vaccination valide.

Partagez cet article

Laisser un commentaire