Un incroyable débat face à tous les autres candidats ? En savoir plus avec Opera News

Dans une interview à
Neuvième président de la Ve République, Emmanuel Macron n’est pas encore officiellement candidat à sa propre succession. Une candidature retardée qui agace l’opposition, mais semble également impatienter les Français, qui aimeraient voir le président débattre face à ses futurs adversaires. Opera News fait le point sur la situation.

Une candidature qui se fait attendre

À deux mois du premier tour de la prochaine élection présidentielle, certaines questions restent en suspens. La gauche va-t-elle présenter un candidat unique ou rester éclatée ? Éric Zemmour obtiendra-t-il ses 500 parrainages ? Emmanuel Macron sera-t-il candidat à sa propre succession ? Si la réponse à la dernière question semble évidente, reste à savoir quand le président de la République officialisera sa candidature.

Au sein d’une interview accordée à La Voix du Nord, le chef de l’État a réitéré son intention d’aller jusqu’au bout de son mandat avant de présenter une candidature, c’est-à-dire avancer au maximum dans la gestion des crises actuelles : « J’ai d’abord l’obsession que la phase aiguë de l’épidémie et le pic de la crise géopolitique actuelle soient derrière nous ».

Macron, seul face aux autres candidats ?

Selon une étude réalisée par YouGov pour Le HuffPost, les opposants à l’actuel président ne seraient pas les seuls à s’impatienter. En effet, les Français voudraient impérativement voir Emmanuel Macron prendre part à différents débats avant le vote du premier tour. 62% des sondés trouveraient problématique que le chef de l’État se refuse à y participer. Cependant, un débat avant le 10 avril prochain serait une grande première, aucun prédécesseur d’Emmanuel Macron ne s’étant prêté à cette épreuve.

Interrogé par Le Parisien, le porte-parole du gouvernement Gabriel Attal s’est montré sceptique quant à l’utilité d’un débat entre Macron et l’opposition : « Mais à quoi ressemblerait ce débat de premier tour ? Douze candidats cherchant pendant 1h50 leur ‘moment’ avec le président, qui aurait dix minutes pour leur répondre. Je suis sceptique face à un tel format qui montrerait surtout un manque d’exigence démocratique ».

Que disent les sondages ?

Depuis la rentrée 2021, les premières officialisations de candidature ont été accompagnées du retour des sondages, avec les traditionnelles intentions de vote. Pour le moment, même si rien n’est figé, tous donnent Emmanuel Macron en tête à l’issue du premier tour. Concernant la deuxième place, synonyme de second tour, la compétition fait rage entre Valérie Pécresse, Marine Le Pen, Éric Zemmour et Jean-Luc Mélenchon.

Cependant, l’histoire a prouvé à maintes reprises que les sondages étaient parfois loin du compte, même s’ils tendent à se vérifier à mesure que se rapprochent les élections. Au sein d’une enquête publiée par le journal Le Monde, on y retrouve les intentions de vote à un an de la présidentielle, avec un certain écart entre favoris et présidents élus. En effet, lors de la dernière élection, un an avant l’échéance, c’est Alain Juppé et non Emmanuel Macron qui était érigé en grand favori.

Partagez cet article

Laisser un commentaire