Présidentielle 2020 : l’ANP et l’Unesco invitent les journalistes à la vigilance

Photo de famille des participants à l’atelier. Crédit : Opera News

L’ANP et l’Unesco ont organisé lundi 5 octobre un séminaire afin de sensibiliser les journalistes sur leur rôle central en cette période électorale. Séminaire auquel Opera News a participé pour marquer son engagement à contribuer en tant que média à un climat sociopolitique apaisé.

La Côte d’Ivoire est à un nouveau tournant de son histoire. Le 31 octobre prochain, notre pays connaîtra en effet la 6e élection présidentielle de son histoire. Et comme il est malheureusement « de coutume », notamment sous nos cieux, cette période est propice à des tensions au sein des populations. Et Internet et les réseaux sociaux aidant, ces tensions prennent plus d’ampleur. Nombre de nos concitoyens s’informent sur Internet et à travers les réseaux sociaux, grâce à la présence des médias nationaux sur ce canal. Mais cette facilité de diffusion de l’information comporte des risques, allant des fake news (fausses informations, ndlr) aux campagnes de diffamation. Et du côté du public qui reçoit ces informations, les mêmes risques existent dans les commentaires.

C’est au journaliste qu’incombe la tâche cruciale de contrôler ces échanges afin de contrôler les tensions qu’ils peuvent générer, surtout en cette période électorale. Comment réussir cette mission ? L’Autorité nationale de la Presse (ANP) et le Bureau de l’Organisation des nations unies pour l’éducation, la science et la culture (Unesco) à Abidjan ont tenté d’y répondre en organisant un séminaire de sensibilisation sous le thème « Sources d’information, infractions en ligne et modération des contenus numériques ». La rencontre a réuni différents acteurs de la presse imprimée et en ligne, ainsi que des administrateurs de foras sur les réseaux sociaux.

Samba Koné, président de l’ANP. Crédit: Opera News

Le discours d’ouverture de l’atelier a été donné par Samba Koné, président de l’ANP, qui s’est félicité de cette co-organisation avec l’Unesco, qui est une grande première. Pour le responsable, si le cyber espace est un espace de liberté, il ne devrait pas être considéré comme un espace de non-droit. Il a ainsi appelé à une co-régulation de cet espace entre son entité, l’Autorité de Régulation des Télécommunications/Tic de Côte d’Ivoire (ARTCI) et la Haute Autorité de la communication audiovisuelle (HACA). M. Koné a enfin clos son intervention en rappelant les deux objectifs de ce séminaire, à savoir, amener les médias en ligne à disposer d’un modérateur dans leur équipe, et pour tous les médias, d’adopter une charte interne pour l’utilisation des sources du net et une autre pour la modération des contenus en ligne.

Prenant la parole à son tour, la représentante de l’Unesco en Côte d’Ivoire, Anne Lemaistre, a assuré que cette première collaboration entre son organisation et l’ANP augure une très longue collaboration. Et d’ajouter que cet atelier de sensibilisation « est programmé au bon moment ». En effet, a-t-elle expliqué, les citoyens sont devenus des consommateurs, producteurs et diffuseurs d’informations, mais ces informations et les commentaires qui les suivent peuvent être une source de tension, voire de conflit en période électorale. L’établissement des chartes citées plus haut vise donc, à « garantir qu’Internet et les réseaux sociaux demeurent un espace de potentiel positif et qu’ils contribuent à des élections apaisées, ainsi qu’à la construction d’une société du savoir fondée sur la paix, le respect des droits de l’homme et le développement durable », a-t-elle défendu.

Richard Adou, Procureur de la République près le tribunal de première instance d’Abidjan, lors de son intervention. Crédit: Opera News

L’atelier a également vu la participation de Jean-Martial Adou, directeur de cabinet du ministre de la Communication, porte-parole du gouvernement Sidi Tiemoko Touré. Représentant ce dernier, il a déploré que certains de nos concitoyens se soient érigés en journalistes, et ce, au mépris des règles des métiers. Il a ainsi exhorté les journalistes – les vrais – à « redoubler de vigilance » et à « être plus exigeants envers eux-mêmes. Enfin, insistant sur le caractère sensible de cette période, ajoutée à la course à l’information imposée par Internet, M. Adou a appelé les médias à s’éloigner des fake news, des discours de haines, des propos appelant à la révolte à l’incivisme.

Le coup d’envoi était ainsi donné pour les travaux de la journée, composés de trois sessions. La première a porté sur le sous-thème « Sources d’informations et infractions en ligne » et a été animée par le procureur de la République d’Abidjan, Richard Adou. Quant au second sous-thème, animé par David O Capo Chichi, CEO du spécialiste du marketing digital Tama, il a concerné la « Modération des contenus numériques. Samba Koné est enfin revenu pour donner la dernière formation, un exposé sur les « Sources d’information et critères d’élaboration d’une charte interne ». Trois formations très interactives dont les nombreux participants sont sortis convaincus de la nécessité et de l’importance de la modération dans la presse.

La représentante de l’Unesco en Côte d’Ivoire, Anne Lemaistre (dr.), et Samba Koné, président de l’ANP (centre). Crédit: Opera News.
Partagez cet article

Laisser un commentaire