Election à la FIF/ Sam Etiassé confirme les menaces de mort sur René Diby et fustige l’attitude de Mamadou Soumahoro

Le Secrétaire général de la Commission électorale de l’élection du président de la FIF, Sam Etiassé a animé une conférence de presse ce mercredi 12 août 2020. Au cours, de cette rencontre, le préfet hors grade, a confirmé la rumeur de menace de mort sur le président de la commission électorale, l’ex-ministre René Diby.

« Le ministre René Diby a effectivement reçu des menaces de mort à travers une vidéo d’un monsieur qui fréquente la cour de la Fédération. Face à cette situation, j’ai joint le ministre de la sécurité Diomandé Vagondo et le Directeur général de la police. Un agent des forces de l’ordre a été commis pour sa sécurité. C’est après un jour de service de ce dernier qu’il lui a demandé de se retirer », a expliqué Sam Etiassé.

Au-delà de cette menace vidéo, il a aussi ajouté que les membres de la famille du ministre lui ont également demandé de se retirer de la commission. Dans ces propos, il a confié qu’à l’instar du ministre René Diby, d’autres membres de la commission ont subi et subissent des menaces.

Outre la confirmation des menaces, il s’est insurgé contre le fait que certains membres de la commission n’aient pas respecté le droit de réserve qui leur est imposé par leur mission au sein de la commission. Parlant ainsi, il fait référence à Mamadou Soumahoro, le président de la Fédération de Moto, par ailleurs président de la conférence des présidents des fédérations et vice-président de la Commission électorale. Selon lui, ce dernier a accordé des interviews à la presse et participé à des émissions Radio et TV au cours desquelles, il a livré le secrets de la délibération.

Le processus électoral devant conduire à l’élection du successeur de Sidy Diallo est dans l’impasse. La raison est l’application de la règle de droit relative à la validation des candidatures. Face à cette situation, deux camps sont opposés : ceux favorables à la validation des candidatures dans le strict respect du droit à savoir les règles régissant cette élection et ceux favorables à faire une entorse au droit dont l’argument repose sur la préservation de la cohésion sociale.

Un blocage qui a amené le président sortant Sidy Diallo à mettre un terme à la mission de la commission. Et annonce une assemblée générale le 29 août prochain.

E.Goli

Partagez cet article

Laisser un commentaire