[In memoriam]14 février 2008 – 14 février 2020 : Joëlle C, 12 ans déjà !

Le 14 février 2008, au petit matin, les Ivoiriens se sont réveillés avec une mauvaise nouvelle, celle du décès de l’artiste Joëlle C, des suites d’une insuffisance rénale. Elle était considérée comme l’une des plus belles voix féminines de sa génération.

Joëlle C

Née le 13 juillet 1970 à Grand-Akoudzin (Adzopé), Séka Yaba Joëlle dite Joëlle C fit ses classes dans plusieurs orchestres avant d’atterrir au « King Fusion » de Gadji Céli, dans les années 1990.

En 1996, Joëlle sort son premier album baptisé Ayela et se fait appeler Joëlle Séka. Un album qui ne connaît pas le succès escompté.

Elle se remet au travail et sort deux ans plus tard, en 1998, Jala. Une balade de variété qui est très bien accueillie par les mélomanes. Elle enchaîne en 2000 avec Yéka (héritage), son 3ème opus. Mais le succès n’est toujours pas au rendez-vous.

En 2002, Joëlle revient avec un quatrième opus baptisé Prends-moi C’ l’amour, ce fut la grande révélation en Côte d’Ivoire et dans d’autres pays africains comme le Ghana, le Mali, le Burkina et le Cameroun. Ce qui lui a valu le trophée du Top d’Or de la meilleure artiste ivoirienne, dans la catégorie variété, en 2003.

Juillet 2006, elle donna donc son premier show live au Palais de la Culture d’Abidjan où elle fit salle comble à la 1500 places.

En 2007, Joëlle C annonce sa rentrée artistique avec un nouvel opus baptisé Kita. Un album de variétés qui comporte 10 titres dont Samba II, Seigneur, Elékèké, Bosé minla, etc. Kita, un pagne traditionnel tissé à la main, symbole de noblesse et de prestige en pays Akan, s’est révélé une véritable source d’inspiration pour Joëlle. Kita, c’est le brassage des cultures, « l’universalité de l’amour » avec lequel Joëlle C entendait non seulement se maintenir au sommet de son art, mais également aller à la conquête de l’extérieur. Kita a montré à tous que la jeune Joëlle C avait grandi et mûri artistiquement.

Kita, son dernier album sorti en 2007

Le 22 septembre 2007, c’est dans la salle Anoumabo du Palais de la Culture, pleine à craquer, que Joëlle C communie musicalement avec ses fans pour la dernière fois.

Quelques mois plus tard, elle se plaint de fatigue générale, avant d’être internée à Polyclinique Internationale Sainte Anne-Marie de Cocody. Hélas, le 14 février 2008, à l’âge de 37 ans, la grande faucheuse l’emportât pour le voyage sans retour, laissant derrière elle toute la famille artistique sous le choc.

Levée de corps de Joëlle C à IVOSEP de Treichville

Elle chantait l’amour, et elle est partie le jour de la célébration de l’amour.

 

Auteur : Constant COCORA
Source : Opera News – Tembo
Contact: opera.tembo@gmail.com
Que pensez-vous de cet article ?
Nous sommes à votre écoute, vos commentaires et partages nous permettent d’améliorer notre contenu.
Tous droits réservés.
Partagez cet article

Laisser un commentaire