Interview exclusive – Cissé Cheick Sallah : « Je n’ai pas de concurrents en Afrique »

Dans un entretien exclusif accordé à Opera News Côte d’Ivoire, le champion olympique Cissé Cheick Salah s’est livré entièrement sur son actualité. Le  médaillé d’or de Rio 2016 s’est voulu très rassurant sur son avenir et celui de l’Afrique aux JO 2020 de Tokyo au Japon. 

Comment percevez-vous ce soutien d’OPES Holding que vous recevez à quelques mois des Jeux Olympiques ?

C’est très important pour nous sportifs d’être soutenus surtout dans cette période où nous allons représenter le pays au très haut niveau. Je suis très heureux d’avoir OPES Holding comme partenaire. OPES Holding est avec moi depuis 3 ans. Cette entreprise me soutient et m’accompagnera jusqu’à Tokyo, pas seulement sur le plan financier et matériel. Son Président Directeur Général, Siriki Sangaré est un grand frère et un conseiller. Il me suit et m’encourage depuis plusieurs années déjà. C’est très important pour moi et ça me fait énormément plaisir.

Au-delà de cette initiative privée, est-ce que vous recevez le soutien d’autres entités, en particulier celui de l’Etat ivoirien ?

L’Etat nous a promis beaucoup de choses et je pense que ces choses vont se faire. L’Etat va faire l’effort de nous aider. Le plus important est de tenir les promesses à temps. J’ai rencontré le ministre des sports il y a deux semaines, et il nous a rassurés que ça va se faire. Je pense que c’est un homme de parole. Nous sommes toujours dans l’attente de cette aide de l’Etat et je suis convaincu que cela se fera.

Résultat de recherche d'images pour "cissé cheick salah"

Avec Ruth Gbagbi, comment avez-vous vécu ce statut de champion olympique depuis 4 ans ?

Il faut dire que cette période a été très excitante pour moi particulièrement. Je pense qu’il en a été de même pour Ruth. Il faut aussi reconnaître que nous avons été surpris par autant de gloire, Ruth et moi. On ne s’attendait pas vraiment à cela. On savait qu’on pouvait remporter des médailles à Rio. Mais ce qui a suivi après, la popularité, la rencontre des membres du gouvernement et d’autres éminentes personnalités partout dans le monde, ça, ça nous a un peu surpris.  Mais on s’est comporté toujours respectueusement. On a fait ce qu’il fallait faire. On a commis peut-être des erreurs, nous sommes des êtres humains. Si nous avons heurté certaines personnes et des sensibilités, on s’en excuse. Cependant, je pense qu’on a bien géré cette période. On a su garder la tête sur les épaules. Le plus important n’est pas d’être champion mais de le demeurer longtemps. Et je compte bien continuer à arborer ce statut-là. Je suis de nouveau qualifié pour ces jeux de Tokyo et dans le top 6 encore une fois.

 

 

Résultat de recherche d'images pour "cissé cheick salah ruth gbagbi"

Dans quel état d’esprit préparez-vous Tokyo 2020 ?

Si je disais que je n’étais pas stressé, je vous mentirais. Mais, je ne le suis pas à 100%. Ce qui me préoccupe plus en ce moment, c’est surtout la préparation. Je veux faire une très bonne préparation, car je pense que, quand tu es bien préparé, bien évidemment , il y a le résultat qui suit. Pour se préparer, il faut d’abord des soutiens, des partenaires. La signature de cette convention de sponsoring avec OPES Holding est donc la bienvenue. On attend d’autres partenaires pour aller à Tokyo. C’est dans 6 mois, c’est pas long et on a besoin de plus de moyens, qui à mon avis nous permettront de faire le travail qu’il faut aux Jeux Olympiques.

Résultat de recherche d'images pour "cissé cheick salah"

Qu’est-ce qui a déjà été fait et qu’est-ce qui reste à faire pour de meilleurs préparatifs pour les JO ?

Il faut dire que déjà après les jeux de Rio, c’était important pour moi de me qualifier directement pour les prochains jeux, c’est-à-dire figurer dans le top 6. Aujourd’hui, c’est chose faite et nous avons fait un petit break en prenant quelques jours de vacances. Je rentre bientôt à Palmas en Espagne pour entamer la suite de ma préparation. Celle-ci comporte plusieurs pans. Il y a la préparation mentale, la préparation physique. Ce sont les spécialistes qui gèrent ce volet technique. A ce niveau, je fais confiance à mon entraîneur et à mon préparateur physique qui feront leur boulot et moi le mien.

Quelles sont vos relations avec les autres taekwondo’ins ivoiriens ?

On parle de Cheick qui va aux JO, mais aux Taekwondo, on a encore deux autres personnes qui doivent se qualifier. Il s’agit de Gbané Seydou et Traoré Aminata Charlène qui iront dans deux semaines à Rabat (Maroc), chercher leur qualification parce qu’ils n’ont pas pu se qualifier directement. Ils vont donc tenter d’avoir le sésame au niveau continental. On soutient toujours les autres taekwondo’ins. On essaie de travailler souvent avec eux et de leur apporter nos conseils.

Résultat de recherche d'images pour "gbané seydou"

Quels sont les athlètes que vous redoutez sur le plan continental ?

Razak Alfaga le vice-champion olympique nigérien est poids lourd et moi, moins de 80 kg. Il a de forte chance de faire une nouvelle médaille à Tokyo. Le Gabonais Anthony Obame, vice champion olympique, avec qui je m’entraîne en Espagne, est également poids lourd. Je pense qu’en Afrique , je n’ai pas vraiment de concurrents dans ma catégorie. Par contre, les plus redoutables viennent d’Espagne, d’Ouzbékistan, de Russie ou d’Azerbaïdjan. Mais je pense que chacun de nous va faire sa part, c’est-à-dire bien s’entraîner. On va surtout mettre Dieu devant et le dernier mot lui appartiendra.

Résultat de recherche d'images pour "alfaga razak"

Cissé Cheick Salah a-t-il une grosse pression alors qu’il doit remettre son titre en jeu dans quelques mois à Tokyo ?

Faut dire qu’avant les jeux de Rio j’étais 6ième mondial, personne ne s’attendait à ce qu’un Africain ait cette médaille d’or là. Ce n’est pas parce que je suis le plus fort, non! Ça n’a rien à voir. Je suis quelqu’un de particulier qui n’a pas de stress en compétition et qui a un mental de fer. Pour les prochains JO, je n’ai pas vraiment de pression. Un athlète normal devrait avoir une pression, ça c’est sûr, parce que vous êtes l’homme à abattre. Mais moi particulièrement, je suis très fort mentalement. Je ne suis stressé que le jour de la compétition, le jour où je dois monter sur le tatami. Sinon un ou deux ans avant, et même 3 mois avant ce n’est pas le cas. Je me concentre plus sur ma préparation, sur tout ce que je dois faire pour pouvoir être bon le jour de la compétition. J’ai juste un tout petit peu de stress, mais ce n’est pas ce qui me tracasse en ce moment.

Résultat de recherche d'images pour "cissé cheick sallah"

Est-il possible pour l’Afrique de se maintenir à ce niveau et s’imposer comme à Rio ?

Je pense que oui!  Alfaga s’est qualifié dans le top 6. Il faut savoir que pour rester dans le top 6 au taekwondo, c’est très difficile. Il faut pouvoir faire des compétitions et les gagner afin d’avoir les points nécessaires pour y figurer. Ruth Gagbi a fait une fin de saison superbe en glanant des médailles d’or et d’argent dans 5 compétitions ces deux derniers mois. Actuellement qualifiée directement pour les JO, elle est numéro 1 mondial de sa catégorie. Moi je suis numéro 3 mondial et le Nigérien est numéro 5 de sa catégorie. On a donc très bien terminé l’année et je pense qu’avec ces résultats, on peut continuer et être encore les meilleurs aux Jeux Olympiques.

Résultat de recherche d'images pour "cissé cheick sallah"

Etes-vous une source d’émulation pour d’autres athlètes africains ? 

Au départ quand nos parents nous ont mis dans le sport, on n’avait pas d’ambition. Mais au fur et à mesure que nous avançons, nous nous sommes fixés des objectifs. On a vu qu’on avait du talent et qu’on pouvait devenir des champions. Quand on a commencé à glaner des trophées et titres, l’ambition est née et a aussi changé. Maintenant, on va essayer de propulser, de montrer un autre visage de l’Afrique et de la Côte d’Ivoire partout dans le monde. Et notre but aujourd’hui s’est de tirer, de pousser d’autres pays, d’autres athlètes à devenir des champions.

Résultat de recherche d'images pour "cissé cheick sallah"

Les jeunes ont compris que ce n’est pas seulement au football qu’on peut briller, et quel que soit le domaine dans lequel ils sont, ils peuvent exceller. Quand je suis de passage à Abidjan et que je pars au stade, je vois la préparation des athlètes et je sens beaucoup de motivation. Alors qu’avant ce n’était pas le cas. Aujourd’hui en athlétisme par exemple, on a Cissé Gueu qui fait son bonhomme de chemin. On a aussi Marie-Josée Ta Lou qui est en feu en ce moment. Au taekwondo, il y a Gbané Seydou, Kassi Anicet, qui vont au championnat d’Afrique pour chercher la qualification aux JO. Bien sûr la petite Bathily qui est aussi une valeur montante. De même au Niger, à part Alfaga Razak, il y a 4 autres jeunes taekwondo’ins qui se préparent en Allemagne et qui vont eux aussi prendre part aux qualifications, ils ont un très bon niveau. Je pense que le résultat qu’on a fait à Rio a motivé beaucoup de personnes et ça nous fait plaisir.

Cissé Cheick joueur de l’AS Monaco après le taekowondo. 

Invité à Monaco comme membre du Jury des Sportel Awards, une cérémonie qui récompense les plus belles images de sport de la saison et parrainée par le Prince Albert de Monaco, j’ai eu à rencontrer le manager général de l’AS Monaco. On a parler de beaucoup de choses. C’est ce qui explique cette histoire de Monaco. Une intégration dans l’équipe ? Pourquoi pas? Ce qu’il faut retenir c’est qu’il il y a de nombreuses choses à faire avec ce club dans l’avenir.

Résultat de recherche d'images pour "cissé cheick sallah"

 

Auteur: Constant K.
Source : Opera News – Tembo
Que pensez-vous de cet article ?
Nous sommes à votre écoute, vos commentaires et partages nous permettent d’améliorer notre contenu.
Contact : opera.tembo@gmail.com
Tous droits réservés.
Partagez cet article

Laisser un commentaire