CAF vs Lagadère Sport : un point pour Ahmad Ahmad

La Confédération africaine de football (CAF) et Lagadère Sport, filiale du groupe de média et de distribution Lagadère, ne sont pas prêts d’enterrer la hache de guerre. Dans le conflit des droits TV, Lagadère Sport vient d’être débouté par la chambre de commerce internationale. Une première victoire pour la CAF.

Lagadère Sport conteste la décision rendue par la Chambre de commerce internationale qui la déboute dans le litige qui l’oppose à la CAF.  A cet effet, il se dit prêt à « poursuivre avec détermination » la procédure d’arbitrage devant cette chambre.


« Vendredi 13 décembre, si l’arbitre d’urgence a refusé d’instaurer ces mesures temporaires, il n’a nullement statué sur le fond du litige tout simplement parce qu’il n’en a pas la compétence. Par conséquent, le résultat de la procédure d’arbitrage d’urgence ne présage en rien de l’issue d’une future procédure d’arbitrage au fond. Dans ces conditions, Lagardère va poursuivre avec détermination et fermeté la procédure d’arbitrage au fond afin d’obtenir de la CAF la réparation de son préjudice« , a déclaré le groupe.

Lagardère conteste, depuis le mois de novembre, la résiliation de son contrat de 12 ans, d’une valeur d’un milliard d’euros avec la CAF, portant sur les droits marketing du football africain.
Pour ce, il avait porté plainte contre la CAF pour rupture unilatérale du contrat signé en 2017 entre les deux parties, et qui ne devait prendre fin qu’en 2028.


En Novembre, la CAF avait résilié un important contrat d’agent qui la liait à Lagardère Sports jusqu’en 2028. Après cette décision, « Lagardère a, conformément aux dispositions contractuelles, initié une procédure d’arbitrage d’urgence, visant à maintenir le contrat en application dans l’attente de la procédure d’arbitrage au fond, devant la Chambre de Commerce Internationale (ICC) de Genève« , indique le communiqué.

En attendant un nouveau rebondissement dans cette affaire, la CAF se réjouit et se félicite de la décision rendue par la Chambre de Commerce internationale. A l’instar de la CAF, l’Autorité égyptienne de la concurrence avait dénoncé ce contrat. Elle avait estimé que les règles de la concurrence égyptienne n’avaient pas été respectées. A cet effet, elle avait condamné l’ex-président de l’institution, le Camerounais Issa Hayatou, signataire de ladite convention  à des sanctions financières.

 

E.Goli
Source : Tembo/Opera News
Toute reproduction de cet article est interdite. Pour toute demande de partenariat veuillez écrire à : opera.tembo@gmail.com

Partagez cet article

Laisser un commentaire